Percée majeure dans la lutte contre le cancer

Une nouvelle classe d’immunothérapies révolutionnant l’approche du traitement fait son entrée au Grand-Duché de Luxembourg

Jeudi 1 octobre 2015

  • Une thérapie révolutionnaire dans la lutte contre le cancer enfin accessible pour les patients luxembourgeois : remboursement du pembrolizumab, molécule de MSD, dans le mélanome avancé.
  • Le pembrolizumab est un anti-PD-1 et fait partie d’une nouvelle classe d’immunothérapies. La technique de l’immunothérapie – qui stimule le système immunitaire pour qu’il s’attaque lui-même aux cellules cancéreuses – fait reculer le mélanome, forme la plus grave de cancer de la peau.
  • Cette nouvelle approche thérapeutique ouvre de nouvelles perspectives dans le traitement du cancer et suscite un nouvel espoir pour les patients.
  • Le mélanome  est diagnostiqué chez plus de 120 personnes chaque année au Luxembourg. Grâce à cette nouvelle classe d’immunothérapies, si un patient atteint de mélanome avancé survit 3 années, le risque de décès lié à la maladie est quasi nul[1].

Le cancer est l’une des principales causes de décès dans le monde et ne cesse de gagner du terrain. Au Luxembourg, 8.265 personnes ont été atteintes d’un cancer ces cinq dernières années et près de 2.476 nouveaux cas sont répertoriés chaque année[2]. Ce chiffre devrait augmenter de 70% dans les deux décennies à venir selon l’OMS[3]. Rien que dans le mélanome, la forme la plus grave de cancer de la peau, plus de 120[4] cas sont diagnostiqués annuellement au Luxembourg. Par ailleurs, le risque d’être atteint d’un cancer avant l’âge de 75 ans s’élève à près de 28% dans notre pays, ce qui est supérieur à la moyenne européenne (25%)[5]. L’arrivée au Grand-Duché du pembrolizumab,  un anti-PD-1, marque un nouveau tournant dans la lutte contre le cancer. Ce traitement innovant est maintenant disponible et remboursé pour les patients atteints de mélanome avancé.

Une nouvelle arme contre le cancer : booster le système immunitaire pour qu’il attaque lui-même les cellules cancéreuses

L’immunothérapie dans le cancer représente la nouvelle approche thérapeutique la plus prometteuse depuis l’apparition des premières chimiothérapies dans les années 1940. Grâce à la chimiothérapie, aux thérapies ciblées et à la radiothérapie, certains cancers arrivent à être bien soignés. Mais jusqu’il y a peu, certains types de cancers offraient très peu d’espoir. C’était notamment le cas du mélanome, dont le pronostic dépend étroitement de la précocité de son diagnostic. Les médecins et les patients étaient souvent désarmés face au mélanome métastasé. Jusqu’ il y a peu, le taux de survie à 5 ans tournait autour de 10% et la durée médiane de survie était à peine d’une année ou moins.

Là où la chimiothérapie cible la tumeur pour la détruire, l’immunothérapie, vient booster le système immunitaire pour qu’il retrouve son rôle initial et s’attaque à la tumeur cancéreuse sans endommager les cellules saines. Le génie de cette approche thérapeutique réside dans le fait qu’elle est plus sélective et qu’elle produit des réponses durables chez un grand nombre de personnes souffrant d’un mélanome métastasé.

Pembrolizumab: une efficacité démontrée

Le pembrolizumab a reçu l’approbation réglementaire de la Commission européenne le 21 juillet, basée sur des données de Phase III, avec trois études cliniques (détails ci-dessous) menées chez plus de 1 500 patients atteints de mélanome avancé en traitement de première intention et traités préalablement. Ces dernières ont montré que le pembrolizumab constitue la première et seule thérapie anti-PD1 apportant un bénéfice en termes de survie statistiquement supérieur en tant que monothérapie par rapport à l’ipilimumab, une norme actuelle en matière de soins contre le mélanome avancé. Les résultats des études cliniques montrent que les chances de survie à un an après le début du traitement augmentent d’environ 10 à 16%[6]. « Le laboratoire MSD est fier de sa contribution à la lutte contre le cancer en mettant à disposition des patients, le plus rapidement possible, une thérapie innovante et révolutionnaire  qui a fait ses preuves dans le mélanome avancé », déclare Dr Isabelle Mayné, responsable médicale oncologie, MSD Belgique et Luxembourg.

MSD mène un programme de développement clinique d’envergure et à croissance rapide comprenant plus de 100 essais cliniques concernant plus de 30 types de tumeurs et plus de 16 000 patients dans le monde, en monothérapie et en association avec d’autres thérapies.

Un nouvel espoir pour les patients

Le Docteur Berchem de conclure : « L’immunothérapie a le potentiel d’augmenter la survie sur le long terme et d’améliorer la qualité de vie des patients. L’arrivée des anti-PD1 dans le traitement du mélanome avancé donne un nouvel espoir à ceux dont la vie ne tient plus qu’à un fil ».

Note à la presse :

Pour toute information scientifique sur l’immunothérapie, son fonctionnement et les derniers résultats obtenus des différents tests cliniques, il est possible de vous mettre en relation avec le Dr Guy Berchem, Oncologue médical au CHL Luxembourg, Président de la Société Luxembourgeoise d’Oncologie (SLO) et du nouvel Institut National du Cancer (INC).

 

[1] Pooled Analysis of Long-Term Survival Data From Phase II and Phase III Trials of Ipilimumab in Unresectable or Metastatic Melanoma; Journal of Clinical Oncology (Impact Factor: 17.88). 02/2015; DOI: 10.1200/JCO.2014.56.2736

[2] IARC 2012: http://eco.iarc.fr/eucan/Country.aspx?ISOCountryCd=442 

[3] http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs297/fr/

[4] Source : Registre Morphologie des Tumeurs

[5] Globocan 2012: http://globocan.iarc.fr/Pages/fact_sheets_population.aspx

[6] Pembrolizumab versus Ipilimumab in Advanced Melanoma; N Engl J Med 2015; 372:2521-2532June 25, 2015DOI: 10.1056/NEJMoa1503093

Contactez-nous

Aurelie Coeckelbergh

PRIDE

Margot Chapelle

PRIDE

Nilsy Desaint

MSD

Published with Prezly